Transmettre un idéal

Dessin : 2016, RDCongo, LAM n°85, « La promesse d’un avenir meilleur » – AR0208001031 © Hélène Perdereau

 

  • « Qu’allons-nous faire maintenant, nous, les citoyens ? Qu’allons-nous faire, nous les familles du Quart Monde, pour qu’ensemble, nos cités, notre vie quotidienne soient enfin dignes de l’humanité que nous avons en nous, que nous portons ? Et vous les jeunes, qui êtes impatients de justice, qui êtes impatients de vérité, qu’allez-vous faire dans vos écoles, dans vos universités, dans vos maisons de jeunes ? Serez-vous des initiateurs de cette route neuve où la justice l’emportera sur le profit, l’exploitation, la paix sur la guerre, où la justice et l’amour sont enfin réconciliés ? Il faut vivre avec l’avenir. L’avenir est entre vos mains. Le monde de demain sera le vôtre. »1

Article écrit par Daniel Fayard, volontaire permanent d’ATD Quart Monde, au Centre international Joseph Wresinski

Au cœur de cette période de confinement que nous traversons, j’éprouve le besoin ou le désir de ne pas trop disperser mes pensées et mes réflexions, mais au contraire de rechercher et de retrouver ce qui pourrait leur donner du sens, comme une ligne directrice porteuse potentiellement d’un message pour l’avenir. A l’heure actuelle, je suis sensible au fait que de nombreux côtés émerge, face à la profondeur de cette crise mondiale et du fait de l’impuissance ressentie par beaucoup à court terme à cause de leur immobilisation contrainte, une sorte de rebond de leur conscience affectant la conduite de leur vie personnelle, mais aussi une interpellation prospective, qui peut s’exprimer sous forme de prière ou de prédiction, de facture sociopolitique et/ou socioreligieuse : demain ne sera plus comme avant ! On retrouve cette expression véhiculée par les médias. Elle est également enfouie plus secrètement dans le cœur d’un grand nombre de personnes qui cultivent en leur for intérieur le rêve, l’utopie ou l’ambition d’une société plus juste, plus encore d’une humanité réconciliée.

De quoi réveiller notre propre ADN !! Ne sommes-nous pas profondément porteurs, dans le Mouvement ATD Quart Monde, d’un projet de civilisation, d’un changement radical de société, comme Joseph Wresinski l’a souvent rappelé, lui qui a rassemblé tous ses messages sous l’appellation « Paroles pour demain » et qui a choisi « Justice au cœur » comme bannière pour notre refus de la misère ? Cela ne devrait-il pas orienter nos échanges en ces jours de détresse ? Ne sommes-nous pas invités à redécouvrir en cette « traversée de la nuit » le « secret de notre espérance », pour reprendre des mots chers à Geneviève de Gaulle Anthonioz ? Nourrir l’espérance d’un avenir significativement vraiment nouveau pour tous avec une plus grande justice, une plus authentique solidarité, une avancée dans la fraternité, n’avons-nous pas nous aussi à nous joindre à ce sursaut de conscience, à tirer parti de cette opportunité conjoncturelle et faire entendre les attentes des plus pauvres, voire les solliciter à frais nouveaux pour qu’ils les expriment dans le contexte actuel (et pas seulement eux, aussi les alliés et les volontaires du Mouvement) ?

En 1968, les paroles des habitants de bidonvilles avaient été recueillies et présentées dans une petite brochure « Un peuple parle » où s’exprimaient surtout les besoins vitaux de toute une population. Quand ATD Quart Monde à nouveau fit circuler des Cahiers de la solidarité en 1977, ceux-ci se révélèrent cette fois-ci porteurs, en plus des besoins vitaux, d’une soif de vivre et d’une ambition pour l’avenir des exclus. Depuis, le Quart Monde s’est frayé un chemin dans le débat public et s’affirme comme un partenaire. Le temps n’est plus seulement à ses doléances ni à la défense de ses intérêts ou de ses droits propres. Bien sûr c’est toujours d’actualité mais il est temps aussi pour lui de se manifester comme bâtisseur de société, comme l’appelait de ses vœux Joseph Wresinski et comme cela est inscrit dans nos options de base. Le combat du Mouvement ATD Quart Monde est fondamentalement prospectif. « Nous obligerons la société à changer » affirmait Joseph Wresinski en 1981 à l’Université populaire (Film« Que l’injustice s’arrête ! »). À plusieurs reprises il déclara « La misère sera détruite parce que nous le voulons ». Pour nous « Demain ne sera plus comme avant » si les citoyens du monde, les défenseurs des droits de l’Homme, reprennent à leur compte cette prédiction de Joseph Wresinski qui est aussi la nôtre, qui traduit l’aspiration des plus pauvres.

  • « (…) Pourquoi est-il indispensable de transmettre un idéal non seulement à un peuple mais à toute une société ? …Pourquoi serait-il nécessaire d’entrer avec toute une société dans un projet de civilisation ? (…) développer avec d’autres hommes, avec tous les hommes, un projet de civilisation, n’est pas un moyen comme un autre mais une finalité, une nécessité de vie. C’est une question d’existence pour toute une société que de récupérer tous les membres qu’elle a abandonnés… Le projet est de la convaincre de son oubli d’une part d’elle-même et de la nécessité de se transformer de fond en comble pour accueillir à nouveau les membres dont la perte est une plaie ouverte dans son corps….Nous ne sommes donc pas porteurs d’un idéal à petite mesure…Notre rôle n’est pas d’abord de changer des structures favorables aux forts, mais de faire changer le regard des forts sur les faibles… Nous ne sommes pas là pour alléger les blessures de la misère, mais pour aider les hommes à vouloir la détruire. »2

 

 

  1. Extrait de « Justice au cœur », Joseph Wresinski, le 17 octobre 1987 sur le Parvis des libertés et des Droits de l’Homme, à Paris .
  2. Joseph Wresinski, Assises du volontariat à Versailles, le 3 septembre 1970, extrait du texte « Transmettre un idéal »
  1. En profond accord avec ce que partage Daniel Fayard. Je propose à tout un chacun de lire, relire, méditer le tout dernier paragraphe de son article. Un horizon possible si nous nous y attelons. Pas de demi mesure, mais un sursaut tangible et collectif pour affirmer, vivre, que « tout être humain a une valeur intrinsèque qui fait sa dignité… » (début des options de base d’ATD Quart Monde). Ne croyons pas que les choses changeront simplement parce que beaucoup de personnes le disent en ce moment. Il va falloir se mobiliser et se faire entendre au-delà des dictats de toutes sortes. Huguette Redegeld

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *