Depuis plusieurs années sous la tente

Dessin : 1968, Noisy-le-Grand, réalisé par un enfant du bidonville  –  AR0100245012_14 © ATD Quart Monde

 

Fin mars, un volontaire d’ATD Quart Monde en France partage les nouvelles suivantes :

Nous avons eu la surprise d’accueillir hier matin vers 11h30 notre ami K., 40 ans, qui s’abrite depuis plusieurs années sous une tente au bord de l’Oise. Je lui avais laissé un message téléphonique pour lui dire qu’en ces temps difficiles, il n’hésite pas à nous demander un coup de mains. La crise sanitaire le plonge dans une précarité plus grande que jamais. L’accueil de jour de Pontoise, où il allait prendre petit déjeuner, repas, douche et recharger son téléphone deux fois par semaine, est fermé depuis début mars. Le bus de distribution de nourriture qui s’arrêtait chaque semaine près de la gare de Pontoise ne vient plus. Pôle Emploi1  est fermé. S’il n’actualise pas par Internet son dossier à Pôle Emploi, il va perdre le RSA2, ce qui serait une catastrophe car en plus d’être sans domicile, il serait sans aucune ressource. Il a déjà vécu cela et redoute une telle situation. Il venait donc nous demander de bénéficier de notre ordinateur et notre connexion Internet pour mettre son dossier à jour. Ce qu’il a fait. Nous lui avons également proposé de prendre une douche et de déjeuner avec nous. Il doit revenir prochainement pour actualiser sur Internet son dossier à la Caisse d’Allocations Familiales3, également fermée.

  • Les fameuses mesures-barrières n’ont guère été respectées, car il n’en avait pas connaissance. Ne voulant pas de radio pour ne pas être repéré sous sa tente, il vit hors du monde et n’est informé des actualités que par les grands titres de journaux qu’il voit dans les grandes surfaces où il fait ses courses. Nous avons rempli avec lui une attestation de déplacement dérogatoire4, dont il ignorait l’existence, pour qu’il ne prenne pas une amende. A l’endroit où il est écrit demeurant à, il a noté SDF5.

Nous étions à la fois heureux et inquiets de l’accueillir dans ces conditions, ce qui nous permet de mieux comprendre tous ceux qui sont « en première ligne » et reçoivent ou vont voir chaque jour de la semaine des personnes susceptibles d’être infectées par le Covid-19 sans avoir aucune protection.

  1. Établissement public chargé de l’emploi en France. Les personnes au chômage et en recherche d’emploi doivent s’y inscrire
  2. Le revenu de solidarité active (RSA) s’adresse aux personnes sans ressources. Son montant varie selon la composition du foyer et on y a droit sous certaines conditions, il faut par exemple avoir au moins 25 ans.
  3. Branche « famille » de la Sécurité sociale française, chargée de verser aux particuliers des aides financières à caractère familiales ou sociales, dont le RSA
  4. Cette attestation est obligatoire pour se déplacer en France durant la période de confinement
  5. Sans domicile fixe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *