Impact de la pandémie sur les pauvres et les migrants au Royaume-Uni

Peinture : © Jacqueline Page / ATD Quart Monde / Centre Joseph Wresinski – AR0200908005


Extrait d’une lettre de Tom Croft et Diana Skelton, volontaires permanents, publiée sur le site ATD Quart Monde au Royaume-Uni au cours de l’été.

Les conséquences sur les familles d’enfants placés

Les visites entre les enfants placés à long terme et leurs familles biologiques sont affectées par la Covid-19.

Pour en savoir davantage, l’organisation Parents, Families and Allies Network1 compte mener une enquête auprès des familles dont les enfants sont placés. Les familles qui ont prochainement prévue une audition devant le tribunal familial ne savent pas encore si elles doivent se présenter en personne ou si l’audition sera organisée autrement. ATD Quart Monde soutient par ailleurs une déclaration de l’association Support Not Separation qui indique entre autres :

  • « Les enfants placés seront encore plus coupés de leurs familles biologiques. La fermeture des centres de placement et le manque de personnel encadrant a entraîné la suspension de toutes les visites dites “médiatisées”, c’est-à-dire dans le centre et en présence de professionnels. Sans cette supervision, les contacts à distance sont eux aussi interdits dans de nombreux cas. Les parents, très inquiets pour leurs enfants et les enfants, terrifiés à l’idée de ce qui peut leur arriver, ne pourront plus se raccrocher à leur droit de visite. Dans les cas les plus déchirants, les mères contraintes de faire adopter leurs enfants n’ont même pas eu le droit de les voir une dernière fois pour leur dire au revoir. »

Les réfugiés et les migrants

En mars dernier, ATD Quart Monde au Royaume-Uni s’est joint à la RAPAR2 pour adresser ensemble une lettre ouverte à Boris Johnson et au Premier ministre irlandais. Cette lettre demandait aux deux gouvernements de créer des conditions d’accès à la santé et à la sécurité pour tous en accordant un droit au séjour à tous les réfugiés et migrants, qu’ils soient ou non enregistrés dans le système d’asile et d’immigration.

  • Les personnes vivant dans l’extrême pauvreté, en grande détresse et qui n’ont pas le statut d’immigrant ne peuvent pas appliquer les mesures de distanciation sociale ; la plupart d’entre elles ne peuvent pas accéder aux soins de santé et aux autres aides, et elles ne peuvent pas apporter leur aide pour assurer la sécurité de la population pendant la crise mondiale actuelle. Les migrants qui sont enregistrés dans le système juridique ne peuvent pas garantir leur sécurité en s’appuyant sur leurs indemnisations : ces dernières sont insuffisantes pour avoir une alimentation saine ou pour acheter des produits d’hygiène adéquats. De nombreux migrants vivent dans des conditions où il leur est impossible de maintenir une distanciation sociale.

L’exclusion numérique

Les équipes d’ATD Quart Monde reste en contact avec les personnes et les familles en situation de pauvreté, par téléphone ou sur les réseaux sociaux. L’exclusion numérique a déjà laissé certaines personnes sans accès aux renseignements en ligne sur la santé publique, les distributions alimentaires, et les groupes d’entraide.

Sans accès à Internet, il est difficile d’obtenir les informations sur les aides financières, comme les dispositions mises en place pour remplacer la cantine scolaire gratuite. Des mesures d’urgence ont été prises par le gouvernement auprès des fournisseurs d’électricité, mais il est difficile de comprendre comment elles s’appliquent pour les personnes qui utilisent des compteurs prépayés ou qui payaient auparavant de la main à la main.

Face à l’évolution constante des informations, de nombreuses personnes ont du mal à comprendre ce qui est entendu par distanciation sociale ainsi que les mesures de sécurité qui sont actuellement recommandées.

  • Notre priorité absolue est de partager des informations vérifiées, de mettre fin aux rumeurs, et d’essayer de maintenir un lien social entre les personnes tout en maintenant une distanciation physique.

En collaboration avec APLE Collective3, nous continuons de collecter des informations sur les conséquences de l’exclusion numérique pour les personnes en situation de pauvreté.

La santé mentale

La distanciation physique est une source d’anxiété et de dépression. Des problèmes de santé mentale peuvent toucher des personnes dans tous les milieux, mais celles qui vivent dans la pauvreté sont particulièrement éprouvées, car la distanciation se fait dans des conditions exiguës, des logements précaires ou des foyers temporaires. Les personnes en situation de pauvreté ont moins d’argent pour faire face aux pénuries et à la flambée des prix. Elles n’ont pas accès à la nature, à Internet, et aux différentes formes de divertissement. Ces conditions peuvent déclencher de la colère, des tensions et des conflits.

Les enfants et l’école

Malheureusement, certains des élèves les plus âgés qui avaient des difficultés à l’école ont décidé de mettre fin à leur scolarité en apprenant que leurs examens étaient annulés à cause de la pandémie.

Les écoles primaires restent certes en contact avec les familles, mais nous avons parlé à des familles dont les enfants sont désormais complètement coupés de leurs camarades de classe. Les parents ont du mal à faire le tri dans les recommandations pour comprendre s’ils doivent rester enfermés ou s’ils peuvent laisser leurs enfants jouer dehors sans prendre de risque.

Nous avons aidé certains parents en leur permettant d’imprimer les devoirs de leurs enfants. Dans certaines familles, plusieurs enfants doivent se partager une seule tablette et leur école n’apporte aucun soutien.

Par ailleurs, nous avons envoyé des activités de loisirs créatifs à des enfants pour les occuper pendant les vacances, ainsi qu’aux adultes qui n’ont pas accès à des divertissements numériques.

  1. Le Mouvement ATD Quart Monde en est membre
  2. Refugee and Asylum Participatory Action Research ( Recherche-action participative des réfugiés et demandeurs d’asile) est une organisation de défense des droits de l’Homme, en particulier des droits des personnes déplacées.
  3. Le APLE Collective est un collectif de personnes vivant en situation de pauvreté qui travaille avec des organisations afin d’éradiquer la pauvreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.