Défendre les droits humains, un combat permanent

En 1992, l’Assemblée générale des Nations Unies a reconnu le 17 octobre comme la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Le 9 juin dernier, ATD Quart Monde et ses partenaires ont fêté, à Paris, les 30 ans de cette reconnaissance et ont réfléchi aux défis et perspectives pour les 30 années à venir.

Le Comité international du 17 octobre au CESE

Sous l’immense lustre du Conseil économique, social et environnemental, Bernard Monnet, militant Quart Monde, se souvient de son premier 17 octobre 1987 : « Mon père est venu. Il était fier de voir qu’on disait publiquement ce qu’était notre combat pour obtenir nos droits ».

35 ans plus tard, installé devant près de 150 personnes à la tribune de la troisième assemblée constitutionnelle française, il estime que cette Journée mondiale du refus de la misère est « une reconnaissance incroyable ».

  • « Nos parents étaient enfermés dans le silence. Mais en construisant le 17 octobre, ils nous ont permis de sortir du silence », affirme-t-il. Cette journée, créée en 1987 et reconnue par l’ONU en 1992, « nous a aussi aidés à dépasser nos problèmes personnels pour nous situer en tant que citoyens du monde, en tant que défenseurs des droits humains ».

Mais, aux côtés des personnes en situation de pauvreté et des personnalités officielles s’exprimant à cette table ronde intitulée « Résistants à la pauvreté, bâtisseurs de paix », Bernard Monnet s’interroge : « Que fait-on de cette parole dans les instances où se décide l’avenir de l’humanité ? ». Il cite alors la phrase de Joseph Wresinski, inscrite il y a 35 ans sur la Dalle à l’honneur des victimes de la misère, sur le parvis des Libertés et des Droits de l’Homme au Trocadéro, à Paris :

« Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’Homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré ».

Prise de parole de Bernard Monnet au CESE

Pour lui, ce texte « n’est pas qu’un message, c’est un projet, toujours à construire ». Et ce projet n’est pas « qu’une question d’aide économique, ni d’accès à un droit ou un autre ». Pour le militant Quart Monde, il s’agit de « reconnaître le savoir des plus pauvres, créer la confiance pour être capable d’un dialogue en vérité sur la question : est-ce que l’économie et la société que nous construisons est au service de la paix et de l’unité des droits humains ? ».

« Nous ne sommes pas pauvres de tout »

En passant en revue le chemin parcouru depuis 1992, France Fournier, militante Quart Monde et membre du Collectif pour un Québec sans pauvreté, constate, elle aussi, des avancées. « On a semé l’idée de demander l’avis des personnes en situation de pauvreté. Ça évite de faire des erreurs, d’adopter des lois qui perpétuent les inégalités. Quand on fait en sorte que les personnes au plus bas de l’échelle gravissent un barreau supplémentaire, c’est la société au complet qui en bénéficie », estime-t-elle.

  • « Nous ne sommes pas pauvres de tout. C’est ce que dit la journée du 17 octobre. On a aussi des forces. Quand on entend une personne témoigner de sa réalité et l’afficher en public, ça permet à d’autres personnes qui vivent la même chose de se reconnaître. Ça donne du souffle, de l’oxygène, ça réveille des forces qu’on ne soupçonnait pas ».

« Le monde a toutes les ressources dont il a besoin« , explique Monsieur Roberto Bissio, directeur exécutif de l’Institut du Tiers Monde et membre du comité consultatif de la société civile du PNUD. En fait, « nous avons plus qu’assez pour les besoins de chacun« , dit-il en citant Gandhi. « Mais nous n’en avons pas assez pour l’avidité de tout le monde ou l’avidité de quelques-uns, qui monopolisent réellement cette richesse, notre richesse. En plus d’une concentration de la richesse et du pouvoir, il y a un problème de distribution des ressources. »

Il cite comme exemple le revenu moyen par personne dans le monde, supérieur à 10 000 euros par an :

  • « Et pourtant, plus d’un milliard de personnes vivent avec moins que ce que chaque vache en Europe reçoit comme subvention par jour. Lorsqu’il s’agit de vaincre la pauvreté, il semble toujours y avoir un manque de ressources. Pourtant, lors de la pandémie, des milliards sont apparus comme par magie pour secourir les entreprises. La pauvreté n’est donc pas due au manque de ressources, puisqu’en réalité, « Il y en a plus qu’assez pour offrir une vie digne à chaque personne dans le monde aujourd’hui. »

En tant qu’économiste ayant travaillé de nombreuses années à l’Organisation des Nations Unies, Donald Lee, aujourd’hui président du Mouvement international ATD Quart Monde, témoigne également de la force de cette journée :

  • « À l’ONU, on négocie des résolutions, c’est très technique. Beaucoup ne voient pas la vraie face de la pauvreté. Le 17 octobre permet cette connexion entre les gens. Son impact a été fantastique. Cela a permis de faire le lien entre droits humains et pauvreté et de changer notre manière de voir ».

Transformer les structures et les personnes

Prise de parole de Bruno Dabout au CESE

Cependant, de grands chantiers subsistent, rappelle Bruno Dabout, délégué général du Mouvement international ATD Quart Monde. Il estime qu’une « transformation des structures de domination économiques et sociales est indispensable ». Mais il précise que cette évolution passera nécessairement par « une transformation des personnes ». En mettant au centre celles et ceux ayant vécu l’expérience de la pauvreté, le 17 octobre ouvre ainsi un « dialogue citoyen mondial ». Il permet aux personnes « qui ont vécu dans la honte de la misère de devenir fières de leur vie, même si elles font toujours face à de nombreux défis ».

  • Pour « ceux qui ont peur des personnes en situation de pauvreté, qui ont honte de ne rien faire ou de ne pas savoir comment faire », ce dialogue ouvre aussi la possibilité de « se transformer et de lutter contre la pauvreté », détaille-t-il.

Tous les participants espèrent que « l’esprit du 17 octobre soit appliqué en pratique toute l’année, pour que les êtres humains puissent vivre sur une planète en paix, durable, qu’ils soient libres de faire leurs propres choix, de participer aux décisions qui affectent leurs vies », affirme Aye Aye Win, présidente du Comité international 17 octobre.

Lire avec YouTube

En cliquant sur la vidéo vous acceptez que YouTube utilise ses cookies sur votre navigateur.

Guidés par une cinquantaine de bénévoles, les participants ont ensuite rejoint le Trocadéro pour lire le texte de la Dalle en 30 langues et poursuivre la réflexion en musique, autour d’expositions, de jeux et d’activités, car

  • « le combat contre la pauvreté se fait dans les lieux de pouvoir, mais aussi dans les rues ».

Article publié dans le Journal d’ATD Quart Monde France, en juillet 2022.

Photos : 9 juin 2022 au Trocadéro et au Conseil économique, social et environnemental © Carmen Martos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.