COP26 : Misère et environnement, même priorité

Capture d’écran du site web COP26 Glasgow


L’éradication de la misère, partie intégrante de l’Accord de Paris

Le changement climatique constitue une menace existentielle pour l’humanité. Afin de laisser une planète habitable pour les générations futures, il est nécessaire de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C (2,7°F). Pour atteindre cet objectif, tous les pays doivent prendre des mesures pour réduire leurs émissions de carbone. C’est l’objectif principal de l’Accord de Paris adopté en décembre 2015.

Considérant que les personnes les plus pauvres sont les moins responsables de la dégradation de l’environnement causée par le changement climatique et sont pourtant les plus touchées par sa violence, ATD Quart Monde rappelle à toutes les parties que l’éradication de la misère fait également partie intégrante de l’Accord de Paris :

  •  « Soulignant qu’il existe des liens intrinsèques entre l’action et la riposte face aux changements climatiques et à leurs effets et un accès équitable au développement durable et à l’élimination de la pauvreté […] »
  •  « Le présent Accord, en contribuant à la mise en œuvre de la Convention, notamment de son objectif, vise à renforcer la riposte mondiale à la menace des changements climatiques, dans le contexte du développement durable et de la lutte contre la pauvreté,  » (Article 2.1)
  •  « En vue d’atteindre l’objectif de température à long terme énoncé à l’article 2, les Parties cherchent à parvenir au plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre dans les meilleurs délais, […]  et à opérer des réductions rapidement par la suite […] dans le contexte du développement durable et de la lutte contre la pauvreté. » (Article 4.1)
  • « Les Parties reconnaissent l’importance de démarches non fondées sur le marché intégrées, globales et équilibrées dont les Parties disposent pour les aider dans la mise en œuvre de leur contribution déterminée au niveau national, dans le contexte du développement durable et de l’élimination de la pauvreté […] » (Article 6.8)

L’agenda 2030

De la même manière, la première cible de l’Objectif de Développement Durable n°1,  « D’ici à 2030, éliminer complètement l’extrême pauvreté dans le monde entier »,  est un engagement pris par tous les États qui ont adopté l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Cinq ans plus tard, bien que l’accord de Paris prenne en compte l’extrême pauvreté, les parties n’ont pas été capables d’inclure cet objectif dans leur politique et leurs objectifs climatiques nationaux.

En outre, en raison des effets combinés de la pandémie et du changement climatique, « en 2020, le taux mondial d’extrême pauvreté a augmenté pour la première fois en plus de 20 ans. Des centaines de millions de personnes ont basculées dans l’extrême pauvreté et souffrent de faim chronique. »     (Rapport des Objectifs de Développement Durable 2021)

« Chaque année, nous creusons des canaux, nous posons des planches pour marcher, pour qu’au moins les enfants puissent aller à l’école sans risquer leur vie. Mais l’eau revient constamment et nos maisons, construites en briques de terre sèche, fondent dans l’eau. Ça ne s’arrête jamais. Nous vivons dans l’eau, nous dormons dans l’eau. » (Madagascar)

Face à cette situation insupportable, ATD Quart Monde appelle à l’action les autorités et les acteurs nationaux et internationaux responsables de la mise en œuvre de l’Accord.

Il est temps d’agir

Téléchargez et lisez la note de position D’ATD Quart Monde en Français ou Anglais.

IL EST TEMPS DE « PRENDRE DES MESURES URGENTES POUR ÉRADIQUER LA MISÈRE ET AGIR POUR LE CLIMAT EN NE LAISSANT PERSONNE DE CÔTÉ ».

Les centaines de milliards qui seront dépensés pour mettre en œuvre l’Accord de Paris doivent être l’occasion d’accélérer l’éradication de la misère et l’accès aux droits humains fondamentaux.

Il est temps de mettre pleinement en œuvre l’Accord de Paris, en particulier ses articles relatifs à la pauvreté, tout d’abord dans les contributions déterminées au niveau national (CDN) et lors du premier bilan mondial en 2023. L’éradication de la misère doit être une préoccupation du Secrétariat de l’Accord de Paris, des Comités et des groupes de travail et d’experts. Elle doit faire partie de toutes les recommandations, directives, règles, mandats, procédures, mécanismes de financement et évaluations liés au changement climatique. La mise en œuvre complète de l’Accord est essentielle pour sauver la planète et tous ses habitants.

Misère et environnement, même priorité

ATD Quart Monde est officiellement accrédité à la COP26 à Glasgow en tant qu’ONG observatrice dans la zone de négociation. La délégation d’ATD Quart Monde demandera instamment aux parties de donner à l’éradication de la misère la même priorité qu’à la réduction des émissions de CO2.

ATD Quart Monde encourage l’utilisation du document de position pour plaider auprès des autorités locales et nationales afin d’inclure l’éradication de la misère dans leurs efforts de lutte contre le changement climatique.

En  décembre 2015, ATD Quart Monde a appelé à mettre en œuvre cinq propositions d’action contre le changement climatique qui ne laissent personne de côté. Elles sont toujours pertinentes aujourd’hui.

  • Accorder une attention spéciale aux 20 % les plus pauvres afin de s’assurer que personne n’est laissé de côté.
  • S’attaquer ensemble au dérèglement climatique, avec les personnes en situation de pauvreté, comme un effort faisant partie de la lutte pour éradiquer l’extrême pauvreté.
  • S’assurer que le financement de la lutte contre le dérèglement climatique vise les populations les plus vulnérables, afin de favoriser la justice climatique.
  • Instaurer des socles de protection sociale.
  • Garantir que les populations vivant dans la pauvreté puissent bénéficier des formations et créations d’emplois dans la transition vers une économie verte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *