Théâtre, musique, film… le 17 octobre au Royaume-Uni

De Belfast à Leeds, divers événements ont marqué la Journée mondiale du refus de la misère à travers le Royaume-Uni.

« Soif de justice » à Glasgow

  • « Je m’appelle Marie et je sais ce que c’est que d’être pénalisé [par le système de prestations sociales]. »

    « Je m’appelle Caroline et je sais ce que c’est que d’avoir faim. »

    « Je m’appelle Jackie et je sais ce que c’est que de se sentir piégé et malmené par un système qui prétend vous aider. »

Ces voix et tant d’autres se sont élevées pour crier leur « Soif de justice », nom donné à la manifestation organisée à Glasgow par les associations Bridging the Gap, Poverty Truth Commission et Lodging House Mission Choir. Rassemblés autour de la plaque commémorative dressée en l’honneur des victimes de la pauvreté, les participants ont ensuite pris la direction de l’Hôtel de ville.

Olivia, jeune fille ayant grandi au rythme des événements organisés chaque 17 octobre à Glasgow, se tenait fièrement à côté du podium pour faire le mot d’accueil du public et des invités officiels.
Baillie Hanif Raja, conseiller municipal et Ian Dickson, directeur de l’institution écossaise Merchant’s House of Glasgow, ont introduit la journée. Ils ont laissé place à une courte pièce dans laquelle une femme ne mangeant pas à sa faim depuis plusieurs jours se rend dans une banque alimentaire. C’était un moyen de mettre en lumière le nouveau rapport ‘Dignity in Practice’, qui donne aux associations d’aide alimentaire des outils pour continuer à combattre l’insécurité alimentaire tout en respectant la dignité des plus exclu(e)s.

Ensuite une mère a pris la parole faisant part de sa peur de perdre son travail et de se retrouver dépendante des aléas du système de prestations sociales britannique : « Ce n’est pas les gens qui ont besoin de changer, mais les structures et les systèmes » a-t-elle affirmé.

Au moyen d’une lettre écrite « par le peuple pour les très honorables membres du Parlement », un orateur a fait la critique des indemnités parlementaires sous couvert d’un humour particulièrement aiguisé. En imitant le ton des courriers administratifs destinés aux demandeurs d’allocations, il a déclenché une vague de sourires et rires ironiques à travers la salle. Petit extrait de la missive : « En cas de difficultés financières, nous vous invitons à vous rendre dans votre agence la plus proche. Nous vous délivrerons un formulaire d’inscription orange vif que vous pourrez apporter à votre boulangerie de quartier. Il vous sera alors remis un roulé à la saucisse, une pâtisserie et une boisson énergisante destinés à contrer tout effet d’assoupissement susceptible de se produire au Parlement lorsque seront discutés des effets dévastateurs de la réforme des prestations sociales. »

A Londres, rassemblement à la Chambre des Lords

Près de cent personnes se sont rassemblées dans la salle de commission de la Chambre des Lords. Elles ont évoqué notamment combien il serait pertinent qu’une action politique soit menée par ceux et celles qui subissent directement la pauvreté. La professeure et baronne Lister of Burtersett a introduit la discussion : « La diversité des participants montre bien comment des groupes venus du pays entier se rassemblent de plus en plus pour faire en sorte d’agir et de créer le changement. »

Le moment fort de cette réunion a été le lancement de la vidéo « Les rôles que nous jouons : un modèle de participation authentique ». « C’était un projet important à nos yeux, a témoigné James Riley, militant Quart Monde ayant aidé à la réalisation du reportage. Cette vidéo, c’est nous sur grand écran. Ce sont nos mots et nos images, et non pas l’article d’un journaliste où chaque citation et visuel serait trié sur le volet. […] J’espère que vous pourrez voir la sincérité qui émane de ce film. »

Partout au Royaume-Uni, d’autres organisations ont célébré la Journée mondiale du refus de la misère :

Stockton-on-Tees : Thrive Teesside a mis en place un coin des orateurs et un espace d’information dédiés aux actions de lutte contre la pauvreté.

Belfast : Right to Welfare et Participation and the Practice of Rights ont débattu autour du thème « Maltraitance consciente : sécurité sociale, économie et droits humains »

Salford : avec l’association Social Audit Network, Poverty Truth Commission a tenu un atelier sur la question de l’inclusion.

Leeds : Dole Animators a dirigé un atelier pour raconter et partager les histoires de chacun(e).

Londres : Being the Story a accueilli plusieurs orateurs faisant face à la pauvreté et à d’autres défis. L’association 4in10 a organisé la semaine londonienne de refus de la misère.

Au niveau national :

  • Church Action on Poverty a fait du 13 au 21 octobre la « semaine de lutte contre la faim » et a lancé une pétition pour la réforme du système de prestations sociales britannique.
  • Joseph Rowntree Foundation a soutenu nombre des efforts menés par les personnes en situation de pauvreté.
  • Des personnes faisant l’expérience de la misère à travers le Royaume-Uni se sont nommées Collectif APLE : ‘Addressing Poverty with Lived Experience’ (Faire face à la pauvreté grâce à notre vécu). ATD Quart Monde en est un membre fondateur.

Pour plus d’informations sur ATD Quart Monde au Royaume-Uni, cliquez ici.