« Mon objectif, c’était le lien »

Dessin : Le lien mère-enfant, 2022  © Hélène Perdereau / ATD Quart Monde


Membre de la communauté des Franciscaines Missionnaires de Marie et alliée du Mouvement ATD Quart Monde, Thérèse Ricard a passé la plus grande partie de sa vie  dans des pays du Moyen Orient, et en particulier au Liban. Elle a co-fondé en 1999  l’association « Beitouna » – qui signifie « notre maison » – implantée dans un quartier de Beyrouth à visages multiples, le quartier Nabaa.  L’éthique développée dans les actions menées par Beitouna  est le respect de chaque personne indépendamment de sa situation et de ses convictions, et  la solidarité en donnant priorité aux personnes les plus défavorisées. En 2017, Thérèse Ricard a passé la relève de Beitouna, tout en restant attachée à ses membres. Elle a écrit l’histoire de la création de Beitouna dans un ouvrage intitulé Tout est né d’une vie  partagée.


Extrait d’un des articles de Thérèse Ricard publié dans le N°106 de la Lettre aux amis du monde.

Vivre à la limite du supportable

La dépossession du pouvoir d’agir décrite dans la recherche sur les dimensions cachées de la pauvreté me fait penser à Josiane. Je voyais l’immense solitude de cette femme qui ne voyait personne, se pomponnait le vendredi soir en vue du week-end où elle devait gagner sa maigre vie en  pratiquant « l’auto-stop ». Mila, qui vient aussi du monde de la prostitution, ne tarde pas à me dire : « De tous ceux qui viennent ici, c’est elle la plus pauvre. » J’ai su, dans cet instant, que je serais toujours là pour elle.

Ce lien était pour moi une école de vie : décentrement de moi pour être au service de sa vie à elle.

Je notais ses paroles : « Je n’en peux plus, je vais éclater… », « Je vais mourir… » Combien de fois les ai-je entendues ! Elle vivait à la limite du supportable (…)

Elle a déjà eu des enfants qui lui ont été confisqués à la naissance. « Ils sont mort-nés » lui a-t-on dit. Elle n’en croit rien.

Affronter la société pour garder son enfant

De nouveau enceinte elle a subi de fortes pressions pour avorter, jugée incapable d’élever un enfant.

« Je n’irai pas accoucher là où l’association pour les mères célibataires m’a déjà envoyée, je préférerais accoucher sur le trottoir ! »

Pour oser mettre son enfant au monde, elle a dû affronter les travailleurs sociaux, affronter la société.  C’est un combat,  une action. Je l’ai admirée : son courage, sa décision, son engagement pour son enfant. Elle ne supporte pas que les autres décident pour elle, elle veut s’émanciper de cette menace, décider elle-même.

Un monde qui s’écroule

Lorsque son fils arrive à l’âge scolaire, l’association inscrit le garçon dans un orphelinat et, dans le même temps,  Josiane est conduite en prison sous prétexte d’avoir volé  un téléphone. Le monde s’écroule : l’enfant, privé de  tout contact avec sa maman, entre en dépression. Josiane perd son travail et sa chambre puisque le loyer n’est plus payé. Elle sortira de prison après quelques mois, sans jugement, en plein hiver, se retrouvant à la rue.

L’association pour mères célibataires l’embauche comme femme de ménage. Josiane devient dépendante de cette association pour son petit salaire et même pour toutes ses décisions.

  • Elle a peur. Elle sent qu’on veut la priver de sa relation avec son enfant, qu’elle est surveillée sur sa vie privée, sa façon de tenir son intérieur, et qu’on peut la renvoyer du travail si elle résiste.

Ce qui compte, c’est le lien entre la mère et l’enfant

J’ai dû à plusieurs reprises essuyer les reproches et mécontentements de l’association. On m’a répété des paroles qui me choquaient : « Pour nous, ce qui compte, c’est l’enfant » et je répondais :

« Pour moi, ce qui compte, ce sont les deux personnes, la maman et l’enfant, et aussi le lien entre eux. »

Je n’arrivais pas à admettre que Josiane soit oubliée, comptée comme quantité négligeable.


Pour lire la  Lettre aux amis du monde n° 106, cliquer ici ou sur l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.