La délégation d’ATD Quart Monde au Forum politique de Haut-Niveau des Nations Unies

Photographie :  Sophie Boyer, volontaire permanente y Roxana Petrona Quispe Yujra, militante Quart Monde.

« Encapaciter (empowering) les personnes et assurer l’inclusivité et l’équité» était le thème du Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) de 2019. Organisé par le Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC), à New York, cet événement a servi de plate-forme mondiale pour vérifier les progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et de ses objectifs de développement durable (ODD). Les États membres ont parlé de leurs efforts de ne laisser personne de côté, mais aussi de donner la priorité aux personnes les plus éloignées.

Une délégation d’ATD Quart Monde comprenant des personnes en situation de pauvreté y a participé. La délégation a assisté à des réunions de haut niveau et a organisé des panels de discussion, un événement parallèle ainsi qu’un atelier de co-formation.

Elle a saisi toutes ces opportunités pour redire aux États membres des Nations Unies que les personnes vivant dans la misère devraient être associées à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques qui affectent directement leur vie.

Elle a mis l’accent sur les mesures pratiques nécessaires pour que ces personnes apportent leur voix et leur expérience à tous les aspects de l’Agenda 2030 et des ODD.

Rencontre avec Madame l’Ambassadrice Inga Rhonda King

Avant l’ouverture du Forum, la délégation d’ATD Quart Monde a rencontré Madame l’Ambassadrice Inga Rhonda King, présidente de l’ECOSOC et de l’événement. Les délégués lui ont fait part de leur principal message : impliquer les personnes en situation de pauvreté est essentiel pour atteindre l’objectif de ne laisser personne de côté et faire en sorte que les politiques et les institutions gagnent en efficacité.

Stigmatisation, abus sociaux, et perte de pouvoir étaient des sujets sur lesquels la délégation a voulu attirer l’attention de l’Ambassadrice. « Quand on vit dans la pauvreté, on n’est pas libre de prendre ses propres décisions « , a déclaré Roxana Petrona Quispe Yujra, militante Quart Monde de Bolivie. Elle ajoutait : « Par exemple, quand sous sommes locataires, nous sommes soumis aux règles du propriétaires. Nous sommes victimes de beaucoup d’abus. On nous coupe l’électricité et l’eau. On nous ferme des portes. »

« La plupart du temps nous nous taisons, nous ne pouvons pas dénoncer ces abus par peur qu’ensuite on nous jette à la rue. Et à cause de cette peur, nous sommes réduits à l’impuissance. [La plupart des gens nous juge et] pense que la paresse est la cause de notre pauvreté. »

Impressionnée par sa rencontre avec la délégation d’ATD Quart Monde, l’Ambassadrice a cité un des militants lors de la séance d’ouverture du FPHN.

Cliquez ici pour télécharger le mémo officiel donné à l’Ambassadrice.

« Libérer le potentiel de transformation de l’agenda 2030 à travers des Approches Participatives »

Le premier jour, ATD Quart-Monde a co-organisé un événement parallèle : « Libérer le potentiel de transformation de l’agenda 2030 à travers des Approches Participatives ».

Les universitaires, les praticiens et les personnes ayant une expérience directe de la pauvreté ont tous décrit la manière dont leur collaboration à un projet de recherche récent, Les dimensions cachées de la pauvreté, avait réorienté leur perspective de façon significative.

Les discussions en petits groupes ont porté sur la responsabilisation et le suivi, ainsi que sur les conditions nécessaires à l’autonomisation et son impact sur l’élaboration des politiques.
Pour plus d’informations sur la session en petits groupes, y compris les orateurs principaux, cliquez ici pour télécharger le rapport de l’évènement parallèle.

Atelier de co-formation FPHN

L’atelier « Outils participatifs et inclusifs pour renforcer les capacités afin de ne laisser personne de côté » a présenté la méthodologie du Croisement des Savoirs qu’ATD Quart Monde et l’Université d’Oxford ont utilisé dans la recherche sur Les dimensions cachées de la pauvreté, qui a impliquée des personnes vivant dans la pauvreté comme co-chercheurs. Roxana Petrona Quispe Yujra et Sophie Boyer, déléguées de Bolivie, ont expliqué comment cette recherche avait permis à tous les co-chercheurs de travailler ensemble sur un pied d’égalité.

Pour plus d’informations sur l’atelier de formation, cliquez ici pour regarder la vidéo complète enregistrée et voir les présentations de tous les orateurs.

La déléguée générale d’ATD Quart Monde s’adresse au FPHN

Isabelle Pypaert Perrin prend la parole lors de la session de haut niveau du Conseil Economique et Social des Nations Unies, le 19 juillet 2019.

S’exprimant lors de la session de clôture du FPHN, Isabelle Pypaert Perrin, déléguée générale d’ATD Quart Monde, a souligné l’importance que toutes les parties prenantes, et en particulier les personnes vivant dans la misère, soient impliquées dès la conception, puis pour la mise en œuvre et l’évaluation des politiques. Il est essentiel, a-t-elle dit, que les personnes en situation d’extrême pauvreté participent à l’élaboration d’une compréhension plus précise du problème susceptible de conduire à un réel changement. Elle soulignait cette question de Mme Louise :

« Nous travaillons si dur, nos enfants récolteront-ils les fruits de notre lutte ou mourront-ils dans la même misère que nous ? »

Malgré les milliards de dollars consacrés à l’aide, les personnes qui vivent dans la misère luttent souvent seules, sans aucun soutien extérieur. Notant que les évènements liés au climat touchent de manière disproportionnée les personnes en situation de pauvreté, Mme Pypaert Perrin proposait que les politiques climatiques soient enfin élaborées avec celles et ceux qui en souffrent le plus. Les politiques et les projets les plus efficaces, a-t-elle insisté, seront ceux enracinés dans ce que les personnes les plus exposées mettent déjà en œuvre.

Pour écouter l’intervention de Mme Perrin, cliquer ici (à partir de la 17ème minutes). Pour lire sa déclaration (en français), cliquez ici.

Messages clés d’ATD Quart Monde

– Les communautés vulnérables devraient être incluses dans la consultation et la recherche participative liées à la programmation, au suivi et à la mise en œuvre des ODD.

– Mesurer la pauvreté : la mesure de la pauvreté à 1,90 USD par jour est une dimension monétaire qui ne prend pas en compte les variations des niveaux de revenus moyens entre les pays. Les gouvernements devraient également se pencher sur d’autres dimensions, telles que la privation de pouvoir, l’humiliation, l’exclusion, la discrimination, ainsi que des facteurs tels que le genre ou le temps de sa vie vécue dans la pauvreté.

ATD Quart Monde étudie actuellement des projets de collaboration future avec le Conseil Économique et Social (ECOSOC) et d’autres agences des Nations Unies telles que le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), y compris une participation au Sommet des ODD.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *