Misère, violence et paix

Malgré les violences qu'elles subissent, les personnes en situation de pauvreté sont des acteurs de paix.

  • « J’ai été dans la violence, on m’a maltraité. Si tu es dans la misère, t’auras jamais la paix. On ne se met pas en colère. C’est comme un silence qu’on a en soi… La paix, elle va commencer le jour où tu vas réaliser que l’autre est comme toi, un être humain à respecter. » Michel Brogniez, membre d’ATD Quart Monde

ATD Quart Monde a mené pendant trois années un projet de recherche participative sur les liens entre la misère, la violence et la paix. Ce projet, mené avec des personnes qui vivent la pauvreté, a associé plus de mille personnes à travers le monde et abouti à un rapport international « La misère est violence, rompre le silence, chercher la paix » (Editions Quart Monde, 2012).

Le quotidien des familles en situation de pauvreté est dominé par des violences de tout ordre. « La misère, c’est des injustices et des violences dans tous les sens. » (séminaire à Maurice)

Il y a la violence d’ordre physique subie par les très pauvres. Qu’un pays soit en guerre ou en paix, les morts violentes sont plus fréquentes dans les quartiers pauvres. Cette violence peut venir des autorités elles-mêmes, plus promptes à interpeler violemment les personnes vivant la discrimination raciale et la pauvreté. Violence aussi subie par les femmes, quand leurs corps deviennent leur unique ressource pour nourrir leurs enfants.

Mais les personnes qui vivent la pauvreté faisaient référence aussi durant la recherche à des situations d’humiliation et aux injustices vécues. Des enfants naissent en mauvaise santé, sans accès aux soins. Leur éducation est compromise par les difficultés matérielles et les discriminations sociales. Jeunes gens et adultes travaillent dans des conditions dangereuses, maltraités et harcelés. Les personnes vivant la pauvreté vivent une menace de tous les instants, traumatisés et humiliés de ne pas pouvoir en protéger leurs familles.

La recherche participative sur ces questions a permis de mettre à jour les efforts incessants des personnes qui subissent la violence de la pauvreté au quotidien pour rompre le cycle de la violence, continuer de préserver les liens dans leur communauté, et chercher à bâtir une paix durable.

Cette contribution à la paix des personnes en situation de pauvreté est rarement reconnue, occultée par des stéréotypes sur la “violence des pauvres”. C’est pourquoi ATD Quart Monde a entrepris de la faire connaître à travers la publication de 3 livres, « Artisans de paix contre la pauvreté » (livres gratuits en ligne, en anglais, Artisans of Peace Overcoming Poverty).

Federico Mayor Zaragoza, Président de la Fondation pour une Culture de la Paix et ancien Directeur Général de l’UNESCO, a transmis ces travaux au Comité qui sélectionne les candidats au Prix Nobel, avec ces mots :

  • “Le Mouvement International ATD Quart-Monde mérite véritablement la reconnaissance mondiale et le soutien à son action que le Prix Nobel de la Paix représenterait. Ses membres sont des créateurs de paix, capables de soigner les innombrables blessures de l’impuissance, de l’indifférence, et de l’exclusion.”

 

 

Dernières actualités