Un don pour soutenir nos projets

Photo : Story Garden, Marché de Gallup, Nouveau Mexique, USA, 2019 © ATD Quart Monde


« Il n’y a pas d’autre alternative : ou nous allons chercher les plus pauvres, ou le monde échoue. Car sans les plus déshérités, le monde est muet. »

 Joseph Wresinski

 

« Le Jardin aux Histoires m’a fait penser que ma famille est aussi un jardin. »

Le samedi à Gallup, ville du Nouveau Mexique, c’est jour de marché. Des familles y viennent de très loin. Les enfants accompagnent leurs parents ou grands-parents, levés dès l’aube pour parcourir les immenses distances qui séparent de la ville leurs hameaux perdus aux flancs des montagnes sacrées du peuple Navajo.

Erick, jeune de ce peuple, anime au centre du marché le « Jardin aux Histoires ». Comme chaque semaine, une foule d’enfants de tous âges se presse autour d’une caravane bariolée prolongée d’un large auvent.

À peine arrivée, Lisa se précipite vers le livre qui lui plaît et commence à lire. Sa grand-mère n’en revient pas. Sa maîtresse non plus : « Lisa a fait des progrès incroyables, elle ose lever la main pour poser une question, elle qui ne disait absolument rien. » La grand-mère ajoute : « Elle dit toujours que son esprit va plus vite que ses lèvres. Lire, ça la calme. »

« Avant, elle avait 4 sur 10 en lecture, mais maintenant, elle a 8 », constate Erick.

Une mère se joint à la conversation : « Quand les enfants ont montré leur exposition archéologique à l’école, mon fils était si fier de dire ce qu’il savait ! »

  • Un papa ajoute : «Le Jardin aux Histoires m’a fait penser que ma famille est aussi un jardin. Et le cultiver, c’est beaucoup de responsabilités. J’avais vraiment envie que mes enfants apprennent des choses, même si on avait des problèmes. À ATD Quart Monde on veut encourager les autres familles qui se débattent avec tout ça, pour qu’elles restent fortes et continuent à aller de l’avant. »

Le Jardin aux Histoires a ouvert en 2012. L’an dernier, 850 enfants l’ont fréquenté. La Covid 19 est arrivée. Comme ailleurs dans le monde, le marché a du fermer. Que faire ? Pour Erick, le Jardin aux Histoires est précieux, il met en lien des familles très isolées. Certaines n’ont pas l’eau à la maison, beaucoup n’ont pas internet, les hôpitaux sont très loin et l’essence pour se déplacer est un souci quotidien.

Erick insiste pour que les animateurs aillent les consulter ; elles savent mieux que nous ce qu’il faut faire. « Ne laissez pas tomber le Jardin aux Histoires – leur dit une maman – c’est la plus belle chose qui pouvait arriver dans la vie des enfants. » Un père les encourage aussi :

« Vous êtes constants. On l’a bien vu, même quand il y avait de la boue, vous étiez là. Vous ne veniez pas seulement aux beaux jours quand ça vous chantait. Ça montre aux enfants qu’on doit faire les choses auxquelles on s’est engagé. »

Erick comprend parfaitement : « Les familles doivent pouvoir compter sur nous. Cette fidélité est la clé pour venir à bout de la pauvreté. » L’équipe d’Erick réinvente son action. Elle se fait itinérante et sillonne la région en voiture. Comme il faut désinfecter tout le matériel, le choix est fait de ne prendre qu’un ou deux livres et de la peinture. Surprise : cela pousse les enfants à plus de concentration, plus de coopération encore.

À la rentrée, les écoles restent fermées. L’enseignement se fait en ligne. Pour soutenir les enfants, l’équipe imprime les devoirs et les remet aux familles… L’équipe sait que plus longue sera l’interruption d’une scolarité normale, plus il sera difficile de retrouver le chemin de l’école, plus ces familles seront coupées des autres et du monde. C’est ce chemin qu’Erick entretient, tant il connaît la soif d’ouverture de son milieu : « Leur foyer est ici, mais il faut montrer aux enfants que le monde est grand et qu’il peut être beau. »

À la veille des fêtes de fin d’année, je pense à tous ces enfants, dans les cinq continents, qui n’ont pas pu retourner à l’école. Ceux qui n’arrivent pas à suivre, ceux qui veulent depuis longtemps y aller et n’y sont toujours pas.

Plus que jamais, nos équipes devront relever des défis nouveaux, s’adapter et inventer, au plus près des aspirations des familles.

À Gallup, l’équipe va transformer une camionnette pour que le Jardin aux Histoires devienne itinérant. Ailleurs cette recherche de rejoindre les enfants et les adolescents éloignés de l’école prend d’autres formes. Partout, votre don permet la naissance de nouveaux projets.

Merci de votre soutien. Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année.

Isabelle Pypaert Perrin, Déléguée générale d’ATD Quart Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.