TAE France : l’emploi conçu comme un droit

En France, l’entreprise solidaire TAE Noisy le Grand emploie une vingtaine de personnes dans des chantiers de recyclage de matériel informatique, second œuvre bâtiment et nettoyage de locaux. Ce projet approfondit depuis une dizaine d’années l’expérience de construire une communauté de travail rassemblant des personnes engagées parce que durablement et profondément exclues du monde du travail avec des personnes qui font le choix d’un travail solidaire alors qu’elles auraient d’autres possibilités d’emploi. Les raisons du succès semblent les suivantes :

  • Du travail qui crée des liens entre les personnes, pour effectuer une production de qualité autant que pour se former ou avoir prise sur la vie en tant que personne et en tant que communauté de travail.
  • Le choix de se donner du temps, pour se connaître, exprimer son expérience, ses idées et construire le projet ensemble. On se transforme parce qu’on se connaît mutuellement mieux.
  • La sécurité et la liberté apportées par un contrat à durée indéterminée et un salaire.
  • Une pédagogie du non abandon et de la réussite de tous.

TAE Noisy n’est pas duplicable en l’état à cause de sa dimension exploratoire et expérimentale qui implique d’importants besoins en financement externes. Mais, c’est un projet référence où on apprend comment un projet économique peut rompre la fatalité de l’exclusion sociale pour des personnes les plus éloignées du marché de l’emploi à condition de créer des sécurités matérielles tout en construisant ensemble des liens entre les personnes.

A partir de 2014, ATD Quart Monde France veut expérimenter avec des partenaires au niveau d’un territoire (à l’échelle d’un canton de 5000 habitants) comment il serait possible de proposer un emploi à tout chômeur de longue durée. Cela implique de faire la preuve dans une étude que le soutien attendu de l’État pour financer des créations d’emploi est économiquement réaliste (économies réalisées sur les dépenses directe et indirectes de l’état pour faire face aux conséquences du chômage de longue durée et accroissement des recettes sur les taxes. Ensuite, il faut obtenir le droit d’expérimenter. Les partenaires engagés devrons, durant l’expérimentation, trouver et mettre en œuvre, sur le territoire, les travaux utiles non réalisés car n’étant pas actuellement solvables. Mais le plus grand défi sera peut-être d’effectuer toute cette démarche en inventant, chemin faisant, avec les partenaires de l’expérimentation, une pédagogie de la réussite de tous ; car les participants du projet TAE Noisy témoignent du combat quotidien que cela constitue.