Présenter le Centre Joseph Wresinski en vue du Registre Mémoire du Monde de l’Unesco

Photo : Magasin de archives, Centre Joseph Wresinski, Baillet-en-France, 2021 © Carmen Martos / ATD Quart Monde


Le 3 Mars dernier, Madame Véronique Roger-Lacan, ambassadrice de France à l’Unesco et Marie Odile Payen, déléguée d’ATD Quart Monde auprès de l’Unesco, invitaient des hauts responsables de l’Unesco et des ambassadeurs1 à venir découvrir le Mouvement ATD Quart Monde dans son histoire avec l’Unesco et son actualité.

Un des trois chantiers qui ont été présentés lors de cette rencontre est la demande par le Mouvement ATD Quart Monde que le Centre de mémoire et de recherche Joseph Wresinski soit inscrit dans le Registre Mémoire du Monde de l’Unesco. Madame Véronique Roger-Lacan, ainsi que Monsieur Yves Saint Geours, président de la commission Française de l’Unesco, ayant trouvé cette demande légitime avaient particulièrement invité deux ambassadeurs très impliqués dans le registre Mémoire du Monde, les ambassadeurs de Palestine et d’Albanie.  Après avoir entendu la présentation du Centre Joseph Wresinski par Martine Lecorre, déléguée générale ajointe, et Bruno Tardieu directeur du Centre Joseph Wresinski, ces derniers ont à leur tour dit tout l’intérêt qu’il y aurait à inscrire dans ce registre cette mémoire de la vie, des combats et de la pensée des populations très pauvres à travers le monde.

Versement d’archives par les membres d’ATD Quart Monde de Lyon, 2021 © ATD Quart Monde / CJW_1181-009_021

Cette partie de notre histoire commune

  • Bruno Tardieu : « La misère, partout dans le monde, est l’objet d’oubli, voire de déni. Les traces et l’histoire de ceux qui la vivent tous les jours disparaissent.  Joseph Wresinski qui a grandi dans la misère savait d’expérience que les plus démunis ne sont jamais crus. Alors il a demandé aux équipes de noter, enregistrer, photographier, pour garder les traces de souffrances, courages, résistances et intelligences des populations dans la misère et de celles et ceux qui s’engagent à leur côté.   Sans cette partie de notre histoire commune, l’humanité ne peut lutter efficacement contre la misère. (…)
  • Ces archives n’existeraient pas sans un accord profond  avec les populations pour qu’elles confient ces images, ces récits de résistances, ces souffrances, ces folles espérances, leur intelligence qui manque au monde. Des rescapés de la violence de la misère ont fait confiance au Père Joseph, un des leurs, et cette confiance se prolonge avec le Mouvement ATD Quart Monde. Aussi ce que la population nous confie ne sont pas des archives d’une étude, mais d’une vie partagée entre elle et nos équipes, d’une proximité voulue, recherchée, acceptée et même espérée par des populations mises à l’écart. »
André Vauchez, historien et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, Centre Joseph Wresinski, juin 2020 © Carmen Martos / ATD Quart Monde / CJW_0486-022_032

Une histoire précieuse pour l’humanité

  • Martine Lecorre : « Que représente le Centre Joseph Wresinski pour les personnes en situation de pauvreté avec lesquelles nous sommes en liens ? Huguette, issue du monde de la misère dans l’ouest de la France, lors de l’inauguration du Centre Joseph Wresinski nous disait : “Je ne connais rien de mon histoire. Je ne sais pas d’où je viens, je ne connais aucun témoin de mon passé, je n’ai aucun signe, aucune trace d’histoire familiale. Quand tu ne peux pas te situer dans une histoire, il est difficile de faire son chemin car tu as besoin de connaître tes origines, la souche de ta vie, tu as besoin de savoir d’où tu viens, qui tu es, pour savoir, pour choisir où tu veux aller. C’est pour cela que j’ai choisi de m’engager avec le Mouvement ATD Quart Monde, car ce Mouvement m’a reconnu une identité, une histoire, je me suis découverte actrice de l’histoire, l’histoire avec un grand H. Aujourd’hui j’existe et je suis fière de pouvoir le dire”. (…)
  • J’entends encore Maria Angeles de Madrid après sa visite du Centre il y a deux ans nous dire : “On s’est fait balayer de partout, refusant de nous voir, ne comptant pour rien mais ici vit notre histoire, personne ne pourra dire que ce n’est pas vrai, personne ne pourra plus jamais nier notre histoire, notre existence”. (…)
  • Que ce soit au travers des archives écrites mais aussi des archives photos du Centre Joseph Wresinski,  des familles très pauvres à travers le monde retrouvent leurs racines, le visage d’un des leurs. Ces familles que l’on refusent de voir et d’entendre sortent ainsi du silence dans lequel on les avait contraintes. Elles en sortent pour écrire et faire vivre cette fabuleuse histoire des plus pauvres à travers le monde et inviter à penser et réfléchir avec elles .

Si nous rêvons que le Centre Joseph Wresinski soit inscrit au Registre Mémoire du Monde c’est pour que ce lieu soit soutenu, protégé, reconnu comme fragile et précieux pour l’humanité. »

  1. Mme Giannini, sous-directrice UNESCO Educatio, Mme Ramos, sous-directrice UNESCO Sciences humaines, S.E. Mme Denise Houphouët-Boigny, Ambassadrice de Côte d’Ivoire, S.E. M. Mounir Anastas, Ambassadeur de Palestine, S.E. M. Samwell William Shelukindo, Ambassadeur de Tanzanie,  S.E. M. Matthew Lodge, Ambassadeur du Royaume-Uni, S.E. M. Antonio Novoa, Ambassadeur du Portugal,  S.E. M. Ferit Hoxha, Ambassadeur d’Albanie, Mme Marisol Vasquez Rosas, Délégation Bolivie, M. Yves Saint-Geours, Pst. Commission Nationale française, Professeur Dianteill, Programme MOST, M. Alexandre Navarro, Commission Nationale française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.