Les dimensions cachées de la pauvreté

La pauvreté est multidimensionnelle

D’après l’ONU, 1,3 milliard de personnes vivent en situation de pauvreté dans le monde, mais derrière ces chiffres, que savons-nous vraiment de la pauvreté ?

La pauvreté ne se résume pas seulement à un manque d’argent ; elle est multidimensionnelle. Elle affecte tous les aspects de la vie quotidienne, de la santé mentale et physique aux relations familiales et sociales.

Découvrir les vrais visages de la pauvreté : La recherche d’ATD Quart Monde

ATD Quart Monde, en collaboration avec l’université d’Oxford, a lancé une recherche participative pour identifier les dimensions clés de la pauvreté et leurs relations.

Pendant 3 ans, des équipes au Bangladesh, en Bolivie, en France, en Tanzanie, au Royaume-Uni et aux États-Unis ont cherché à définir la pauvreté et à améliorer sa compréhension globale.

Des personnes ayant une expérience de la pauvreté, des universitaires et des professionnel·le·s ont travaillé ensemble pour concevoir ce projet, mener la recherche et analyser les données, offrant ainsi une vision plus complète de ce problème complexe.

Ensemble, ils se sont mis d’accord sur 9 dimensions qui définissent la pauvreté :

Dépossession du pouvoir d’agir : La pauvreté enlève aux individus le contrôle sur leur vie. Les personnes pauvres ont souvent peu de pouvoir pour prendre des décisions qui affectent leur propre vie et celle de leur famille. Cela entraîne un sentiment d’impuissance et de frustration quand  elles se sentent incapables de changer leur situation.

Souffrance dans le corps, l’esprit et le cœur : Vivre dans la pauvreté peut causer des souffrances physiques, mentales et émotionnelles. Le stress constant lié à la lutte pour survivre, le manque de nourriture adéquate, de soins de santé et de logement décent peuvent avoir des conséquences graves sur la santé physique et mentale des individus et des familles.

Combat et résistance : Malgré les difficultés, de nombreuses personnes vivant dans la pauvreté font preuve de résilience et de courage. Elles luttent chaque jour pour subvenir aux besoins de leur famille et pour surmonter les obstacles auxquels elles sont confrontées. Cette résistance quotidienne est souvent invisible, mais elle est pourtant présente dans la vie de nombreuses personnes pauvres.

Maltraitance institutionnelle : Les politiques gouvernementales et les institutions sociales peuvent souvent aggraver la pauvreté plutôt que de l’atténuer. Les personnes vivant dans la pauvreté peuvent être victimes de discrimination, de stigmatisation et de marginalisation de la part des institutions censées les soutenir. Cela peut inclure des pratiques telles que la surveillance excessive, les sanctions injustes et le manque d’accès à des services de qualité.

Maltraitance sociale : En plus des difficultés matérielles, les personnes vivant dans la pauvreté sont souvent victimes de discrimination et d’exclusion sociale. Elles peuvent être marginalisées et stigmatisées par la société, ce qui limite leurs possibilités d’accéder à l’éducation, à l’emploi et aux services de base.

Contributions non reconnues : Malgré leur contribution à la société,  les efforts des personnes en situation de pauvreté sont rarement reconnus. Elles fournissent souvent un travail non rémunéré et non reconnu, tel que le travail domestique et les soins aux membres de la famille, mais elles sont rarement valorisées pour ces contributions importantes.

Manque de travail décent : Le chômage et le sous-emploi sont des réalités courantes pour de nombreuses personnes vivant dans la pauvreté. Même lorsqu’elles ont un emploi, il peut s’agir de travail précaire, mal payé et non sécurisé, qui ne leur permet pas de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.

Revenu insuffisant et précaire : Un revenu insuffisant est l’une des principales caractéristiques de la pauvreté. Les personnes vivant dans la pauvreté ont souvent du mal à joindre les deux bouts avec des revenus instables et précaires. Elles peuvent avoir du mal à payer le loyer, à acheter de la nourriture et à accéder à des services de base tels que les soins de santé et l’éducation.

Privations matérielles et sociales : La pauvreté se définit souvent par des privations matérielles et sociales importantes. Les personnes vivant dans la pauvreté peuvent manquer de nourriture adéquate, de logement décent, d’accès aux soins de santé, à l’éducation et à d’autres services de base. Elles peuvent également être exclues socialement, ce qui limite leurs opportunités et leur bien-être général.

Faites découvrir cette recherche grâce à des outils téléchargeables et disponibles en plusieurs langues.

Derniers articles