Festival des rêves

Un week-end riche d’activités organisé par ATD Quart Monde en Pologne.

Festival des rêves

Le week-end du 12 au 14 juillet, dans le village de Nowe Kotlice, ATD Pologne a accueilli le séminaire d’été pour l’Égalité des Chances. Entourés par des hectares de champs et de forêts, les 57 participants ont pu pleinement profiter des nombreux ateliers et activités.

Le ‘festival des rêves’ a permis à beaucoup de retrouver de vieux amis, mais également de rencontrer pour la première fois d’autres membres du Mouvement.

Qui suis-je ? L’atelier d’ouverture du festival, a été l’occasion de mieux connaître les participants et de poser les bases d’amitiés nouvelles. Il s’est achevé avec une présentation des volontaires permanents basés en Bulgarie, qui sont actuellement engagés avec des personnes qui mènent des actions de lutte contre la pauvreté, non seulement en Bulgarie, mais aussi en Hongrie, Macédoine du Nord, Roumanie et Serbie. Des photographies prises dans les quartiers oubliés des différentes villes étaient là pour témoigner des difficultés auxquelles font face les habitants. Pourtant, ces derniers trouvent en eux la force et la motivation pour s’impliquer dans des activités artisanales, artistiques ou éducatives.

L’atelier suivant, cartographie des sans-abri, avait pour but de montrer le quotidien extrêmement difficile des personnes sans domicile. L’idée novatrice était de concevoir une carte pour illustrer des activités aussi banales que manger, prendre une douche, se laver ou se coucher ; or les personnes sans-abri sont obligées de s’acquitter de ces tâches dans des lieux différents et souvent isolés. L’habitation d’une personne est son point de départ, celui à partir duquel elle va se rendre au travail, faire ses courses, aller au cinéma ou bien où bon lui semble. Elle peut ensuite retourner chez elle, pour se reposer ou manger. Les sans-abri n’ont pas ce refuge, ce lieu où ils peuvent se sentir en sécurité et reprendre des forces. Chaque jour, ils sont contraints de se rendre entre les différents points de leur « carte ».

Le festival faisait également la part belle aux activités artistiques (crochet, jardinage, sculpture sur fruit) et sportives (canoë), un moyen pour tous de se reposer et de se relaxer. Les participants des ateliers artistiques n’ont pas dissimulé leur joie et leur fierté face à leurs réalisations.

La journée du samedi s’est achevée avec un feu de camp et un jeu d’improvisation théâtrale, la ronde des narrateurs, qui donnait à chacun l’opportunité d’exprimer ses pensées et sentiments. Les joueurs ont pu utiliser leur imagination pour voyager dans le temps, prendre l’apparence d’un autre ou se téléporter en un clin d’œil dans les lieux les plus divers – des montagnes aux océans, des villes jusqu’aux déserts. En jouant spontanément un rôle différent du leur et en imaginant des péripéties nouvelles à affronter, même factices, les participants ont pu s’affranchir de leur vie quotidienne et comprendre combien leur réalité est toute relative.

Dimanche, le dernier atelier était basé sur le rapport concernant les dimensions cachées de la pauvreté – un projet de recherche participative international mené par ATD Quart Monde et l’université d’Oxford. Après l’introduction, les participants ont été divisés en six groupes. Chacun d’entre eux était chargé de se pencher sur l’un des aspects de la pauvreté décrit dans le rapport puis de le présenter aux autres, de la manière dont il le souhaitait. À l’aide de posters, de dessins ou de scènes de théâtre, les participants ont ainsi pu être introduits aux aspects de maltraitance sociale, manque de travail décent, revenu insuffisant et précaire, privations matérielles et sociales, contributions non reconnues ou encore maltraitance institutionnelle. Les groupes ont travaillé sur cet atelier avec beaucoup de sérieux et d’investissement.

Pour clôturer le festival, tous les participants se sont réunis pour échanger leurs impressions et idées, pour évoquer les bons points et ceux à améliorer pour le futur. Chacun était heureux de cette occasion de passer du temps avec les autres, de prendre la parole et d’être écouté, de penser aux problèmes mais également aux solutions. Pour certains, ces rassemblements sont le moyen de mieux surmonter les difficultés du quotidien et donnent l’espoir d’un avenir meilleur. À n’en pas douter, ces réflexions très inspirantes aideront les organisateurs à façonner le prochain festival des rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *