Engager l’humanité à se repenser

Cette page est disponible en Italiano

Chers amis,

Chaque époque apporte des défis. Le Mouvement s’est saisi régulièrement des événements pour rappeler, comme le faisait Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde, chaque fois que l’humanité ou un pays étaient secoués par des événements politiques ou sociaux, que :

« Le but du Mouvement, plus que de dénoncer, est d’engager l’humanité entière à se repenser, à repenser tous ses idéaux face à ceux qui, de droit, devraient être dans la communauté et qui, de fait, sont en dehors ».

Avec le drame de l’épidémie de covid-19, de nombreuses voix se sont élevées pour y voir le moment historique d’un avertissement et d’une mobilisation possible pour stopper les excès avec ces dégâts humains que le progrès ne masque plus. Elles se mobilisent en particulier pour une priorité écologique et sociale. Des appels sont lancés, des campagnes de signatures circulent sur les réseaux sociaux. Nous vivons avec le monde le défi commun de lutter contre la pandémie de covid19.

Mais est-ce que le monde vit avec nous le défi commun de vouloir l’éradication de cette autre pandémie qu’est la misère ?

Depuis début mars, d’un groupe ATD Quart Monde à l’autre, d’une région à l’autre, nous échangeons des nouvelles de la vie de personnes et familles, des plus pauvres en particulier, et nous vous en avons rendu compte dans nos courriers. Nos pays ne subissent pas la pandémie dans le même calendrier. Certains sont déjà dans la sortie du confinement quand d’autres n’ont pas encore atteint le pic de l’épidémie. C’est le temps de l’urgence, nous nous mobilisons avec nos moyens. Nous menons des actions de groupe ou des actions individuelles souvent très créatives, en Mouvement et avec d’autres organisations et associations locales. Nous commençons aussi à créer des groupes de travail pour repenser nos actions, interpeller les dirigeants de nos pays, participer à des thématiques de société.

  • Nous avons vu dans certains pays resurgir l’organisation de distributions alimentaires comme première réponse à la crise sociale subie par les plus précaires. Nous sommes les premiers à savoir que des familles n’ont plus rien et ont besoin d’être secourues, nous le faisons nous-mêmes. Mais ces distributions ressortent une nouvelle fois comme unique solution pour toute une partie de la population. Elle s’y rend parce que c’est la seule proposition qui lui est faite alors qu’elle aspire aussi « de droit » à repenser la vie demain comme les autres.

Joseph Wresinski a exprimé très tôt, depuis Noisy-le-Grand, le défi du Mouvement ATD Quart Monde :

  • « Jamais ce peuple ne sortira de sa misère aussi longtemps qu’il ne sera pas accueilli là où discutent et débattent les autres hommes. Il doit être là à égalité, partout où les hommes parlent et décident, non seulement du présent, mais du destin de l’homme, du futur de l’humanité. »

Comment vivre le rendez-vous qui nous est donné aujourd’hui pour le jour d’après cette pandémie ? Quelle disponibilité, quelle énergie allons-nous mettre pour que les plus pauvres soient autour de la table avec tous pour penser l’avenir ? Le penser, pas seulement pour nous-mêmes, mais pour tous.

Ceux qui ont l’expérience de subir et de résister à la pandémie de la misère, à l’isolement, à la distanciation sociale depuis toujours, ont une contribution unique à apporter. Ils ont aussi le droit de puiser des forces dans les courants prometteurs qui émergent autour de nous.

Cette démarche que le Mouvement ATD Quart Monde propose à tous, citoyens et institutions, à nous de la vivre en premier. C’est pourquoi, dans notre dernier courrier, notre équipe vous a proposé un premier rendez-vous autour du 15 mai, journée mondiale des familles. Nous vous avons proposé des questions à travailler1 autour de ce que nous apprenons dans cette époque de pandémie, ce que nous voulons pour le monde demain. Allons rencontrer, interviewer, individuellement ou en petits groupes, et réfléchir avec des personnes qui n’ont aucune chance d’être entendues. Dans certains lieux, il s’agira d’une conversation téléphonique, ailleurs il sera possible de se déplacer en respectant les gestes barrière ou de prendre du temps avec quelqu’un de passage à la maison Quart Monde.

C’est une étape dans notre marche vers une journée mondiale du refus de la misère renouvelée et renforcée de ce que nous vivons. L’appel à s’unir du 17 octobre est plus que jamais pertinent et nécessaire ! 

Dans l’attente de vos contributions et vos réflexions, nous vous disons toute notre amitié.

    1. Qu’est-ce qui change avec la pandémie ?
    2. Qu’est-ce que je vivais avant que je ne veux pas revivre demain ?
    3. Qu’est-ce que nous voulons faire changer ?
    4. Comment cela questionne mon engagement ?
    5. Comment cela questionne les engagements communs du Mouvement ATD Quart Monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *