Vers une nouvelle Constitution fondée sur l’égale dignité

Pays-Bas, Utrecht,11 septembre 2015. Invité par le Collège pour les Droits de l’Homme des Pays-Bas, le Mouvement ATD Quart Monde est intervenu sur la question: faut-il changer la constitution pour que l’extrême pauvreté, ou l’appartenance sociale, figure explicitement dans l’énumération des raisons interdites pour discrimination?

Devant une assemblée composée de membres des deux Chambres du Parlement, du Collège des Droits de l’homme, de chercheurs, de juges, de membres des commissions de l’État et d’associations, le Mouvement ATD Quart Monde a défendu l’idée de d’inscrire dans la Constitution la notion de discrimination pour origine sociale.

La Constitution des Pays-Bas mentionne déjà dans l’article 1 que tout discrimination fondée sur la religion, la croyance, l’opinion politique, la race, le sexe ou tout autre motif que ce soit est interdite.

Mais « la discrimination pour raison de « l’origine sociale » n’est pas suffisamment couverte par la phrase « pour quelque autre raison que ce soit » » a souligné Niek Tweehuÿsen, dans son intervention au nom du Mouvement ATD Quart Monde. « L’ajout de « l’origine sociale » donnera aux pauvres un visage, une voix. Il leur accordera reconnaissance. Il diminuera le fait que l’on considère la question de la pauvreté comme une bagatelle », alors qu’elle est une violation des droits de l’homme. Elle permettra d’inscrire la notion de dignité humaine au cœur de la Constitution.

L’ intervention a été accueillie avec un grand respect pour les travaux du Mouvement et la volonté de poursuivre le dialogue entre des personnes en situation de pauvreté et des parlementaires pour que la lutte contre la pauvreté soit réfléchie dans le cadre du collège des Droits de l’homme.

Lire l’intervention d’ATD Quart Monde

Photo ATD Quart Monde, Université populaire au centre national de Wijhe aux Pays-Bas