Soutien scolaire à Manille

Ang Galing! est aussi le nom du programme de soutien scolaire animé par les membres d’ATD Quart Monde Philippines au Cimetière nord de Manille où vivent de nombreuses familles. Chaque samedi, des enfants se réunissent dans un mausaulée pour apprendre à lire et écrire. Le projet a débuté en 2012 avec vingt enfants et quatre bénévoles enseignants. Pour la période 2014-2015, l’équipe communication d’ATD QM à Manille, via les réseaux sociaux et des partenariats avec les écoles, a réussi à recruter un bénévole pour chaque enfant. Un tel investissement humain est nécessaire parce que les enfants ont toujours des niveaux d’apprentissage différents. Un des principes d’action de Ang Galing! est de partir des besoins individuels, non du programme scolaire ou de l’enseignant. En fin de parcours, un diplôme attestant d’un niveau de lecture et d’écriture est attribué aux participants par ATD QM.

Le jeune Romeo vit avec sa famille au Cimetière nord, il a été à l’école pendant trois ans mais n’a pas poursuivi. Sa relation avec les autres membres de la communauté n’est pas facile, il est considéré par beaucoup comme un simple d’esprit. Il participe au projet depuis 2013. Au début, il venait de façon sporadique. Puis, par le biais de jeux didactiques et pédagogiques, il est progressivement entré dans la dynamique jusqu’à venir régulièrement, tous les samedis.

Au départ, Romeo ne savait ni lire ni écrire, on lui a donc proposé chaque samedi la lecture d’une histoire. Après deux années de participation assidue, il est capable de lire sans difficulté toute une histoire. Lors de la remise de diplôme, une directrice d’école lui a soufflé: «Bienvenu à l’école!». Romeo a alors demandé à sa mère de le rescolariser. Cette dernière a hésité en raison des coûts, mais Romeo, très déterminé, est d’abord allé parler seul à la directrice. Celle-ci l’a invité à revenir avec sa mère – ce qu’ils ont fait le lendemain! Sa mère l’a inscrit en signant un contrat qui stipulait qu’après quelques absences Rom-Rom pourrait être exclu. Cela lui a mis une grande pression, mais elle l’a pris comme une seconde chance.

Par ailleurs, en général, après le diplôme, les jeunes ne reviennent pas au cours d’alphabétisation, cependant Rom-Rom est repassé pour bien montrer qu’il savait toujours lire! Ses progrès se sont aussi manifestés à travers le développement d’autres compétences: Rom-Rom raconta avec beaucoup de confiance ce que nous faisions lors de la venue d’un journaliste faisant un reportage sur le programme.

Cette réussite n’est pas qu’individuelle, elle apporte aussi un changement dans toute la communauté : auparavant, pour les enfants et les parents du Cimetière nord, il était normal de ne pas être scolarisé, mais peu à peu la manière de considérer l’école a changé.