Responsables dans l’urgence | Isabelle Pypaert Perrin

Par Isabelle Pypaert Perrin

Isabelle Pypaert Perrin

La rue, les hangars, les centres d’accueil d’urgence de Dublin, Pamela les connaît bien. Elle y est née et y a grandi comme ses frères et sœurs. Récemment, elle a gagné une grande victoire : son compagnon et elle ont obtenu un vrai logement où vivre ensemble, avec leurs enfants.

Très vite, ils accueillent un neveu qui vit dehors et puis une sœur dont les enfants sont placés en institution. Ce n’est pas sérieux, jugent les services de logement. Accueillir n’est pas prévu dans le contrat. Le logement est trop petit et cela rend la vie compliquée.

En lui procurant ce logement, ils l’attendaient sur sa capacité à l’entretenir et à payer son loyer. Mais pour Pamela, la priorité est ailleurs. Ce neveu, cette sœur, ce sont les siens. Elle en est responsable. Comment accepter qu’ils risquent leur santé, leur vie, en restant dehors alors qu’elle a un toit ? Elle sait que demander un logement pour eux sera long, alors elle n’hésite pas et ouvre sa porte. Par ce geste, qui semble inconsidéré, elle nous interpelle :

  • où mettons-nous la priorité ? Dans la bonne application de nos dispositifs d’accès aux droits ou dans le non abandon des personnes ? Pamela nous oblige à nous questionner : voyons-nous les responsabilités que les personnes dans la précarité comme elle mettent en œuvre à leur façon ?

Je pense à Mérita, en Haïti. Elle était en permanence préoccupée par les enfants de son quartier en échec dès leur entrée à l’école. Rencontrant des animateurs d’ATD Quart Monde qui marchaient dans le quartier avec des livres, des papiers et des crayons, elle les invite dans la cour de sa maisonnette. À flanc de colline, au cœur du bidonville, c’est là qu’elle accueille les enfants. Au fil des années, ce rassemblement prend forme et donne naissance à une véritable pré-école régulière et de qualité. Une pré-école qui répond à l’aspiration du pays à scolariser tous les enfants dès leur plus jeune âge. Une pré-école qui prend au sérieux l’espoir et le combat pour l’avenir, de parents dont la vie est faite de privations et d’urgences.

Pamela, Mérita prennent leurs responsabilités pour n’abandonner personne. Et si nous mettions nos pas dans les pas de ceux qui refusent la misère chaque jour. Et si réaliser les droits de l’homme pour tout le monde, c’était prendre responsabilité à leur suite, avec eux.

 

 

 

Éditorial publié dans la Revue Quart Monde n°241 | « Démocratie,  droits et responsabilités »

 

 

 

 

 

 

Photos : © ATD Quart Monde – Haïti