Pourquoi ATD Quart-Monde dit que la misère est violence?

Le quotidien des familles en situation de pauvreté est dominé par des violences de tout ordre. « La misère, c’est des injustices et des violences dans tous les sens. » (Séminaire en 2009 à Maurice)

Il y a la violence d’ordre physique subies par les plus pauvres. Qu’un pays soit en guerre ou en paix, les morts violentes sont plus fréquentes dans les quartiers pauvres. Cette violence peut venir des autorités elles-mêmes, plus promptes à interpeler violemment les personnes vivant la discrimination raciale et la pauvreté. Violence aussi subie par les femmes, quand leurs corps deviennent leur unique ressource pour nourrir leurs enfants.

Mais les personnes qui vivent la pauvreté font aussi référence à des situations d’humiliation et aux injustices vécues. Des enfants naissent en mauvaise santé, sans accès aux soins. Leur éducation est compromise par les difficultés matérielles et les discriminations sociales. Jeunes gens et adultes travaillent dans des conditions dangereuses, maltraités et harcelés. Les personnes vivant la pauvreté vivent une menace de tous les instants, traumatisés et humiliés de ne pas pouvoir en protéger leurs familles.

ATD Quart Monde a mené pendant trois années un projet de recherche participative sur les liens entre la misère, la violence et la paix. Ce projet, mené avec des personnes qui vivent la pauvreté, a associé plus de mille personnes à travers le monde et abouti à un rapport international « La misère est violence, rompre le silence, chercher la paix » (Editions Quart Monde, 2012).