Le courant du refus de la misère, au coeur des lieux les plus reculés

Il n’y a pas que des grands événements et des manifestations spectaculaires qui marquent ce 17 octobre.

Dans de nombreux pays, des habitants d’un quartier, des jeunes et des groupes d’enfants, des petites associations, se rassemblent à quelques uns pour marquer la 30ème Journée mondiale du refus de la misère.

  • « Même sans moyens, nous ferons quelque chose » dit Hervé, du Bénin, car « c’est notre journée ».

Un atelier sur le thème de la paix dans une maison de retraite, une classe qui réfléchit sur le rôle à jouer dans la lutte contre la pauvreté, une discussion autour des panneaux des « Couleurs de la lettre » : les correspondants du Forum du refus de la misère avec peu de moyens mais avec leur engagement quotidien, créent les occasions de la rencontre pour que cette Journée gagne les coins les plus reculés, les personnes les plus isolées, et qu’elles prennent part à ce grand courant du refus de la misère dont le coeur est bien de ne laisser personne de côté.

Photos : © ATD Quart Monde : un petit groupe rend visite à une famille isolée. Bouaké (Côte d’Ivoire)