Les Clubs de lecture du Guatemala : le pouvoir des livres

Clublectura-photo_original-article

Un nouveau Club de Lecture pour les enfants, les jeunes et les adultes a été créé dans l’une des communautés les plus pauvres de la ville de Guatemala. Cette action est née grâce à la présence hebdomadaire des membres d’ATD Quart Monde au Guatemala, véritables ambassadeurs de la littérature et de la rencontre entre les personnes. Il s’appuie sur une solide expérience développée par ses prédécesseurs, les Clubs de Lecture des quartiers de Guatelinda et de La Ligne à Escuintla.

Dans un contexte éducatif démoralisant où seulement un quart des élèves réussissent à lire en sortant du système éducatif, le Club constitue un espace privilégié de promotion de la lecture et d’accès à l’apprentissage. Son mode de fonctionnement est très simple : chaque semaine, les animateurs arrivent dans le quartier avec un sac à dos rempli des meilleurs livres qu’ils prêtent et conseillent aux uns et aux autres en fonction de leurs centres d’intérêt ou de leurs niveaux de lecture. La semaine suivante, ils recommencent et peuvent discuter du livre et des fenêtres sur le monde qu’ouvre la littérature. Il existe tellement de thèmes de conversation possibles à partir de la lecture d’un livre !

Elda García, l’une des porteuses du projet, explique : « De plus en plus d’enfants, de jeunes et d’adultes participent. C’est incroyable de voir comment les enfants de La Ligna ont initié ce chemin dans le monde de la lecture. Un livre constitue une autre manière de créer des relations, de gagner de la confiance et de nouer des liens d’amitié. »

Pour certains, le Club de Lecture est l’occasion rêvée de pouvoir lire, pour d’autres c’est la découverte de ce grand plaisir et d’une source de connaissance. Carmen est une jeune fille de 22 ans qui vend des glaces avec sa maman. « Un jour, raconte David Jean, l’un des responsables du projets dans la capitale, nous lui avons proposé d’emprunter un livre. Depuis ce jour, Carmen est une grande lectrice qui nous attend toujours pour choisir un nouveau livre. Parfois, elle ne sait pas lequel choisir car tous les livres lui plaisent ! Il y a des enfants, continue David , qui empruntent des livres tous les jeudis, d’autres tous les quinze jours… Il y a même des familles entières qui empruntent des livres ! A Guatelinda, Marisol est une grande amoureuse des livres. Quand on lui demande ce qu’elle dirait à quelqu’un qui n’aime pas lire, elle n’a aucun doute : « Qu’il lise d’abord un petit peu, puis encore un peu, et petit à petit c’est ainsi qu’il pourra apprendre à aimer à lire ! »

Dans le même quartier, Vilma est une jeune maman membre du Club avant même la naissance de son premier enfant. Peu à peu, ses intérêts ont évolué et elle a commencé à demander des livres sur l’éducation, l’alimentation infantile ou encore la stimulation… Elle raconte fièrement qu’elle a déjà lu plus de 150 livres différents, mais ce n’est pas tout, Vilma montre également un grand enthousiasme à transmettre à son bébé son amour pour la lecture.

Vilma-ClubLecture-Guatemala-FR-2

A l’égal de Vilma avec son bébé, nous voyons de grands enfants amener leurs petits frères et sœurs afin qu’ils empruntent un livre. « C’est une manière de transmettre l’amour pour les livres, explique Elda, venir dans le quartier pour apporter des livres de maison en maison est devenu quelque chose d’extraordinaire. Beaucoup d’enfants qui ne nous connaissaient pas avant nous abordent aujourd’hui avec beaucoup de joie pour emprunter un livre. En plus, les familles nous racontent qu’elles se mettent à lire ensemble. On voit bien que le livre permet de créer un espace de paix, de tranquillité et de dialogue… dans un lieu où la vie est souvent difficile. C’est un moyen de mieux la supporter. »

Dans la capitale, Saida est une petite fille de neuf ans qui a toujours emprunté des livres. « Ses frères la considèrent comme la lectrice de la maison, raconte David. Si elle n’est pas là quand nous venons, elle n’aime pas que quelqu’un d’autre choisisse un livre à sa place. Elle aime les poèmes. »

En août 2015, la poète guatémaltèque Rosa Chávez a organisé l’Atelier de Poésie Expérimentale « Regarder avec beauté » au Centre Culturel d’Espagne. Avec d’autres enfants, jeunes et adultes, Saida était très heureuse de découvrir sa propre capacité de création poétique. Au-delà des livres, le Club de Lecture constitue un espace où des personnes, bien souvent privées de l’accès à l’apprentissage, découvrent leurs propres talents et intérêts.

Je rêve d’une école amusante où tous les enfants sauteraient, riraient sans jamais perdre leur inspiration et leur gaieté.
Je rêve d’une école libre qui ne connaîtrait pas le harcèlement ni les discriminations et où je serais libre d’écrire les belles choses que je vis en apprenant.
Je rêve que les heures de récréation soient pour moi des heures de liberté pour penser et ressentir que j’ai le droit à une éducation digne sans rejet ni maltraitance.
Dalia. 13 ans . Atelier de poésie « Regarder avec Beauté ».

Depuis sa création en 2009, plus de deux cents personnes ont eu l’opportunité de lire grâce aux Clubs de Lecture développés par ATD Quart Monde. Aujourd’hui, environ quatre-vingts lecteurs y participent de manière active à Escuintla et à la ville de Guatemala, en empruntant des livres régulièrement et en discutant à leur propos lors de petites rencontres de lecteurs qui ont lieu de manière formelle ou informelle tout au long de l’année.

De plus, les Clubs de Lecture, associés aux Bibliothèques de rue et aux différents projets culturels et éducatifs, constituent un point de départ pour la création d’espaces de dialogue participatif avec des personnes en situation de pauvreté, en faveur d’une meilleure éducation pour tous.