Lettre ouverte à tous ceux qui nous soutiennent

imprimer envoyer a un ami
Partager, Share, Compartir
Jacqueline Plaisir et David Lockwood, responsables de l’équipe de volontaires permanents d’Haïti, ont écrit une lettre à tous ceux qui les ont soutenus depuis le tremblement de terre.

Port-au-Prince, le 23 février 2010

Bien à vous tous, Chers Amis

Nous voulons vous dire que nous avons bien reçu tous vos mots d’amitié et vos gestes de solidarité. Vous avez créé un pont entre Haïti et le reste du monde, vous nous avez sauvés du sentiment d’abandon et de désespoir. Vous étiez avec nous, nous n’étions pas seuls.

Après les premières nouvelles, nous sommes restés en silence, sans réponse directe à vos nombreuses missives. Le silence, une manière et un besoin urgent d’apaiser nos peurs, de réaliser les nouvelles dimensions d’un quotidien de survivants, intérioriser avec délicatesse vos messages d’amitié, les laisser pénétrer avec douceur comme un baume, prolonger vos gestes de solidarité pour atteindre les familles les plus isolées dans les quartiers de misère.

Ici, et ailleurs, unis dans ce Mouvement qui nous a pétris dans une quête permanente du sens de la dignité et de la fraternité, nous sommes partis à la recherche de partenariats pour conjuguer les efforts de soutien à ceux que nous savions déjà si vulnérables avant le désastre.

Aujourd’hui, nous voulons vous dire Merci…pas comme un mot de reconnaissance.

Nous voulons vous dire que nous ne saurons jamais tout à fait à quel point vous avez été frappé, là où vous étiez par ce que nous vivions ici, combien vous avez frémi de peur, et comment ensuite dans une sincère compassion, vous avez conjuguez vos forces pour apporter votre appui au peuple haïtien et tous ceux qui ont vécu cette incroyable expérience.

Aujourd’hui, nous voulons vous dire que notre courage que vous dites admirer est monté en nous comme une sève venant de notre histoire collective, l’histoire du courage de l’humanité qui a connu tant de blessures, et au cœur de cette histoire, la souffrance et la résistance des plus pauvres que le Père Joseph comme un guide nous a aidés à comprendre, à respecter et à aimer. Ce courage du présent est comme l’écho de votre propre ténacité dans un quotidien où la misère et la solitude marquées d’épreuves d’humiliation et souvent de moments de découragement demeure trop souvent ignorée, un quotidien qui serait insupportable sans l’espérance de la justice et de la fraternité.

Nous disons Merci comme le sens renouvelé de la réciprocité,

Vous dire que nous sommes autrement et plus fortement liés que par le passé, soudés dans cette conscience vibrante que nous devons contribuer à transformer la tragédie en une allégorie de l’humanité en marche vers le progrès et la paix du monde, une paix bâtie par la connaissance mutuelle, façonnée dans la rencontre d’égal à égal.

Haïti, Aujourd’hui terre symbolique du « Nous, les Peuples des Nations Unies » où tant d’efforts pour la refonte d’un vivre ensemble menant au progrès et au bien-être nous exhorte unir fortement solidarité et responsabilité comme les deux facettes de tout projet de développement humain.

Le monde a été ébranlé mais ce ne sera pas en vain, si nous cherchons ensemble à révéler la force prodigieuse d’un peuple qui ne peut pas mourir, la confiance enracinée dans notre expérience que chacun, solidaire dans ce combat pour la dignité de tous, est indispensable. C’est là le sens profond de la vie, de l’idéal d’un vivre ensemble exprimée publiquement dans la déclaration Universelle des Droits de l’homme.

Pour finir, continuons à nous partager nos combats, nos peines, nos réflexions, nos actions, nos doutes et nos succès pour nourrir notre espérance commune.

Jacqueline Plaisir et David Lockwood, volontaires – Equipe d’Haïti

Sur le Web

photo

Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés.
S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré.

Joseph Wresinski

logo facebook