Les Rroms debouts, entre espoirs et discrimination

imprimer envoyer a un ami
Partager, Share, Compartir
Entre peurs, idées fausses et préjugés, les gens du voyage et les Rroms sont encore traités comme des sous-citoyens et n’ont pas toujours pas accès aux droits fondamentaux. Mais cela commence à changer. Comme disait Vaclav Havel (ancien Président de la République fédérale de Tchécoslovaquie) : "La conduite à l’égard des Roms sera le test de la démocratie".

Ce 19 mars se tenait à Bruxelles un séminaire organisé par la Fondation Roi Baudouin, ayant pour titre « Scolarisation des enfants roms en Belgique, paroles de parents ». Ce séminaire faisait suite à une étude menée par la Fondation où 45 parents rroms ont été interrogés. Ils habitaient différents lieux dans le pays et ont parlé de leurs difficultés et de leurs espoirs pour leurs enfants. Mais l’un des moments les plus forts de ce séminaire a été la prise de parole de médiateurs Rroms. « Enfin, disaient-ils, nous avons la parole : nous parlons et vous nous écoutez. »

Comme le rappelle l’association L’ARC, les Rroms sont sans doute la minorité la plus discriminée d’Europe. Et cela, depuis des siècles ; un article de Wikipedia donne quelques éléments de cette histoire.

Cette histoire douloureuse met d’autant plus en lumière les avancées actuelles, même si, pour la grande majorité des familles rroms le quotidien est encore le racisme, la xénophobie, les expulsions, les lois iniques (comme la limitation du travail), etc.

Ces « lumières dans un tunnel » permettent d’entretenir l’espoir. Ainsi une jeune fille Rrom, Rebecca Covaciu, a reçu le prix Unicef 2008, elle qui vit en Italie et a subi de plein fouet la vague de racisme, d’agressions et de discriminations qui a frappé les siens ces derniers temps. Elle a choisi de témoigner de sa vie par le dessin.

On peut voir ses dessins et entendre son témoignage (en italien traduit en anglais) sur ce site :

JPG - 19.8 ko
Video Rebecca. Nécessite QuickTime 7

Pouvoir dialoguer, être reconnus, vivre en paix : ces aspirations ne sont pas seulement celles des Rroms, mais elles rejoignent celles de nombreuses familles, groupes à travers le monde qui ont à subir les violences de l’exclusion, de la faim, de la misère.

Voir aussi le témoignage : "Ma rencontre avec la famille de Malina, Roms d’ex-Yougoslavie."

photo

Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés.
S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré.

Joseph Wresinski

logo facebook