Evaluer les Objectifs du Millénaire pour le Développement du point de vue des plus pauvres

arton3104.jpg

Les Universités Populaires Quart Monde en Bolivie

Cette année, le travail de l’UPQM (Université Populaire Quart Monde) s’est centré sur les priorités suivantes :

  • Encourager l’émergence de militants : Ce sont toutes ces personnes qui vivent en situation de pauvreté ou de grande pauvreté et qui s’engagent à lutter contre la misère afin de faire émerger des changements dans la société.
  • Créer des alliances : Avec des étudiants, professionnels, religieux ou politiques qui, depuis leurs lieux d’action, s’engagent à lutter contre la pauvreté.
  • Travailler “le Croisement des Savoirs : Méthodologie du Mouvement ATD Quart-Monde qui permet de confronter et compléter la connaissance scientifique avec la pensée des plus humbles, pour lui donner une valeur significative dans la société.
  • Utiliser le documentaire vidéo comme un outil qui permet de voir la réalité des injustices et des inégalités qui souvent sont ignorées et se reproduisent dans notre société.
JPG - 434.3 ko
Construimos juntos

1ère session de l’Université Populaire Quart-Monde

“L’accès à l’éducation”

Cette première session d’Université Populaire s’est déroulée dans une maison d’accueil, dans le village de Huajchilla, proche de La Paz, le 21 avril 2012. Nous avons eu la participation de plus de 90 personnes : les groupes locaux de militants de Senkata et Ventilla (El Alto) et de Pampahasi (La Paz), venus avec leurs enfants, des alliés, et des amis, comme les étudiants de la carrière de Sciences de l’Education de l’Université” Mayor de San Andrés”, des Professeurs de l’Ecole Normale , des représentants des associations de parents d’élèves, ainsi que L’Assemblée Permanente des Droits de L’Homme de La Paz.

A la différence des sessions antérieures d’Université Populaire Quart- Monde, nous avons profité de cette occasion pour changer le déroulement de celle-ci.

  • Lors des semaines précédant cet évènement, on a effectué 2 à 4 réunions de préparation où chaque groupe a analysé les thèmes de l’accès à l’éducation scolaire, de l’assiduité scolaire et de l’échec scolaire à partir d’un petit questionnaire, avec des questions ouvertes pour approfondir.
  • Ces groupes ont préparé une présentation pour le jour de la rencontre.

Lors de cette première session d’Université Populaire Quart- Monde :

  • Le matin, on a présenté ces thèmes à travers de sociaux drames, de monologues, d’une vidéo et d’une plénière d’où a émergé un diagnostic sur la réalité que vivent les personnes quant à l’accès à l’éducation.
  • A la fin de la matinée, on a pris un déjeuner, tous ensemble.
  • Dans l’après-midi, se sont formés 8 groupes d’appartenance (institutions, groupes locaux de militants, d’étudiants et de professionnels) qui ont travaillé à l’élaboration de solutions et de propositions sur les problématiques exposées pendant la plénière.

Nous n’allons pas obtenir le changement tout de suite, ce sera pour plus tard, pour nos enfants et nos petits-enfants, là va être le changement. Nous n’allons pas le voir mais nous devons continuer à lutter, à persévérer pour atteindre ce changement. C’est ce que je veux !” (Luisa Mita, militante ATD)

Vraiment je suis en train d’apprendre à écouter et à voir que réellement n’importe quelle personne est capable d’apporter des idées qui peuvent changer notre réalité, ceci est le plus important.” (Daniel Tito, Allié ATD.)

2ème session de l’Université Populaire Quart-Monde

“Santé maternelle et infantile”

Cette deuxième session s’est déroulée aussi à Huajchilla le 9 juin 2012. A cette occasion, nous avons pu compter sur près de 100 personnes : militants de El Alto et de La Paz, étudiants en Médecine et en Sciences de l’éducation de la UMSA, alliés et institutions, comme l’Assemblée Permanente des Droits de l’Homme de La Paz, le Centre d’aide familial CESEFADE, l’association “Juana Azurduy”, SODINAL et le Ministère de la Santé et du Sport.

Cela me laisse une bonne impression. C’est, il me semble, une activité très enrichissante, le fait de connaître comment le reste des gens voit le problème de la santé. Aller apprendre des gens qui souffrent, et vraiment ce fut une très bonne surprise de voir que les gens sont bien clairs sur les choses qu’il faut faire et plein d’expériences pour apprendre un peu à partager.  » (Inti Fernández, Allié d’ATD).

Dans toutes les Universités Populaires Quart-Monde, dès le début j’ai été interpellée par la manière dont les personnes participent, l’attitude qu’elles ont. Nous apprenons toujours quelque chose de nouveau. Il y a d’autres points de vue, c’est toujours enrichissant. Dans ce partage, on apprend, de nouvelles propositions dans quelque situation que soient dites les choses.” (Maxima Cari, alliée ATD)

Peut-être que le facteur temps a beaucoup d’influence et nous pouvons approfondir des détails qui peuvent être importants. (Paola, alliée ATD). Toute la journée c’est mieux, on en tire plus de choses, ça rend le travail que nous faisons, plus riche.”(Patricia Peréz, alliée ATD).

Les personnes ont pu assumer l’engagement d’affronter cette tâche. Il est vrai qu’il y a des personnes qui se fatiguaient de tout le travail qu’il y avait, mais je crois qu’il y a eu une grande participation de la majorité de ceux qui ont participés à toute la réflexion et qu’ils ont été très intéressés par ce qui s’est vécu et qu’ils ont pu exprimer leurs pensées.” (Marcelo Vargas, volontaire ATD)

JPG - 424.5 ko
Emma Poma

Pareillement à la première session d’Université Populaire Quart-Monde, dans cette deuxième session, il y a eu un travail préliminaire avec des réunions de préparation des groupes d’appartenance.
Toute la journée du 9 juin, ont été abordés les thèmes importants de la santé maternelle et infantile avec comme invités le Dr. Miguel Angel Ugalde, le Dr. Ana Maria Aguilar, le Dr. Guillaume Deschamps, le Dr. Isabel del Carpio de l’Organisation Panaméricaine de Santé ainsi que les représentants du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).
Pour moi les préparations me paraissent importantes parce qu’à travers elles, nous pouvons connaître, définir l’objectif avec lequel nous allons aller devant les autorités…

Ces deux rencontres furent excellentes et ont généré une grande expectative chez tous les participants parce que c’est l’aboutissement d’un travail basé sur le dialogue et la construction de connaissances et de propositions pour améliorer les Objectifs du Millénaire pour le Développement.